Le bois, un matériau pérenne ?

OUI

Les plus vieilles constructions au monde sont le plus souvent construites en bois : temples japonais du VIIème siècle, églises norvégiennes du XIIème siècle ou constructions à pans de bois du Moyen-âge à l’image de Notre-Dame de Paris, construite sur des pilotis de bois imergés. En France, nombre de nos centres historiques sont parsemés d’immeubles à colombages tandis qu’en campagne ou en montagne, les maisons les plus anciennes sont bâties avec une structure bois. 90% des maisons du grand Nord canadien et de l’Europe du Nord sont également construites en bois, dans des climats plus rudes allant jusqu’à - 40°C.

ossature en bois pour Notre Dame de Paris

Quelle que soit la latitude ou les conditions climatiques, la maison bois prouve quotidiennement sa capacité à résister au temps et aux intempéries. Mais, comme toute construction, elle doit être régulièrement entretenue pour bien vieillir. Cet entretien concerne essentiellement les bois exposés à l’extérieur alors que la structure cachée des maisons à ossature bois ne nécessite aucun entretien particulier.
La longévité d’une maison bois se garantit avant tout par une bonne conception et une bonne mise en œuvre. L’emploi de bois secs et la distance par rapport au sol sont les meilleures garanties d’une bonne protection de la menace que représente l’humidité, favorable au développement des parasites.

temple japonias a ossature bois

Cependant, si vous disposez d’une maison sans vide sanitaire, il vous suffit, une fois par an, de vérifier qu’aucun termite ne vient du sol par une galerie en terre le long de votre maison, pour se développer dans les murs. Le respect des 20 centimètres de garde au sol pour le bardage vous le permet d’un simple coup d’œil.
Si vous avez une maison sur vide sanitaire, contrôlez celui-ci une fois par an, afin de vérifier, de la même manière, qu’aucune termite ne remonte dans votre habitation.
Enfin, ne négligez jamais la ventilation (> voir chapitre Technique et qualité de vie) : une pièce humide non ventilée risquerait de voir ses bois atteindre un taux d’humidité trop important, favorisant alors le développement des parasites.